mercredi 12 juillet 2017

Lettre à mon Président




Monsieur le Président,
Il m’aura fallu quelques jours pour mettre en ordre tout ce qui a été retenu de cette rencontre de l’UPR Aquitaine du samedi 8 Juillet à St Symphorien.
Je pourrais commencer par les points positifs, comme la disponibilité ou le rapprochement d’Antonio Da Costa (mais il était sur son terrain et l’initiative fait partie de son « programme », je suppose) ; la convivialité de l’endroit (si proche du Peuple semblait-il) et finalement la rencontre avec les autres adhérents.
Avant de commencer mon « tour » de critiques, je souligne que c’est une action aisée en comparaison aux remèdes qui pourraient y être apportés, et si j’ai des réponses pour certains points mais pas tous.
Le premier fait qui m’a surpris a été de voir sur une estrade, non pas des représentants des différents départements, mais plutôt un groupe de la hiérarchie UPR Aquitaine (pour prendre notes des différentes préoccupations des adhérents, nous renseigner sur des modalités administratives ou nous faire partager l’expérience « législatives » de certains candidats, notamment ceux qui ont su se faire remarquer par leur résultat supérieure à la moyenne nationale). Personnellement, j’aurais préféré la présence « scénique » d’un représentant de chaque département. C’est mon premier point.
Le deuxième concerne un certain malaise au sein des adhérents, certains dont nous avons parlé ce jour même et d’autres, qui ne sont qu’une maturation de mon impression (pour ce qu’elle vaut, je vous l’accorde).
J’ai participé au collage des affiches pour les deux dernières élections, dans le pays basque sud (St Jean de Luz, Hendaye, Ciboure, Urrugne, Bidart et Guétary). Cette action m’a convenue, parce que je pouvais choisir mes horaires et mon rythme.
Je dis cela parce que l’adhérent, tout comme l’être humain est un paramètre dont il faut prendre en considération la personnalité. Tout le monde n’est ni fait pour coller des affiches, ni travailler seul, ni parler en Public, ni tard, ni tôt, etc.)
Mais si nous avons bien un point commun, c’est celui d’être généralement des incompris de notre Société et envers cette même Société dont les membres semblent avoir soit oubliés ce qu’elle pourrait être, soit complètement abrutis par elle (et ce n’est pas péjoratif puisque je pense au moyen utilisé par l’oligarchie pour ce fait, la TV).
Je fais effectivement partie de ces personnes qui ont toujours eu conscience de la manipulation médiatique sans douter de la force de l’obscurité, soyons humbles devant elle…d’ailleurs nous savons que l’argument « je ne regarde que des émissions intelligentes » c’est du pipeau et que les émetteurs d’une telle remarque sont déjà pris au piège par la machine.
Que vous le vouliez ou non, président, car je m’adresse à vous et non pas aux sbires technocrates qui vous entourent et font preuve d’un manque de psychologie évident lorsqu’il s’agit d’établir un dialogue avec nous.
Nous, ce sont les moutons noirs de tous les horizons, comme il en existe dans tous les milieux. Ce n’est pas un choix, nous ne sommes pas issus de milieux pauvres et démunis (pas forcément) et pourtant nous avons tous la même préoccupation, celle de connecter avec un moyen d’améliorer l’état du Monde, et généralement (contrairement aux autres adhérents d’autres partis) pas nécessairement pour notre bien propre.
Nous sommes des idéalistes, et l’UPR, est ce qui se rapproche le plus (au sein des partis politiques) de notre conception des mots comme égalité, fraternité et liberté.
La liberté est directement liée à notre souveraineté, ici, nous l’avons tous compris. Tous les autres ont déjà vendu 1/3 de notre Motto en s’agenouillant devant l’Europe. Egalité, devant la justice notamment (pas les salaires, évidemment, nous ne sommes pas des communistes), devant l’accès à l’information (ce que l’on est en mesure d’apprendre ou d’assimiler devrait automatiquement nous permettre d’accéder à des infos plus subtiles (en ce sens, de la transparence), un confort de vie digne de l’être humain (dont les tracas journaliers sont légions).
Fraternité enfin, parce que sous la même bannière, la même culture, nos divergences devraient toujours être prises en considération. Mes frères sont soit issus de ma culture soit ceux qui la respectent, mais en aucun cas, ceux qui veulent m’imposer leur NOM, leur religion ou leur idéaux libéraliste (je pense au mouvement type LGBT par exemple).
Que reste-il de ces 3 points ? Rien.
L’UPR n’est pas un parti comme les autres, puisqu’il a permis à de nombreuses personnes de se rallier sous une même bannière, mais ces personnes ont des préoccupations qui sont différentes ( et en même temps semblables à tout êtres humains)et c’est pour cela que le message de l’UPR doit être différent s’il veut continuer à bénéficier du soutien d’une grande partie de ses adhérents. Vous semblez tellement fier de réunir autour de vous tant de personnes si différentes, mais votre challenge ne fait que commencer, parce que pour nourrir ces personnes il faut un aliment miracle, un aliment qui n’a rien en commun avec la nourriture donnée par les autres partis…C’est cela votre mission réelle, je pense.
Votre entourage devrait être largement agrémenté de personnes qui ont un sens de la réalité qui n’est pas celle du technocrate, pas celle du stéréotype du chef d’entreprise submergé par des dettes ou des réglementations nouvelles, pas celle des smicards, mais bien de l’artiste, de l’artisan et de toutes ces personnes qui ne sont finalement représentées par personne. Rappelons-nous de Coluche, qui aurait aujourd’hui rassemblé la majorité de la population, parce que toutes les différences étaient prises en compte, et pas à travers votre entourage de technocrates.
Lors de ce meeting à ST Symphorien, j’ai rencontré des personnes comme moi, avec un désir et une énergie qui ne demandent qu’à être cueillis, mais avec si peu d’aide directionnelle…les élections sont terminées, et maintenant ? Qu’allons-nous faire ? Les français ont signés pour 5 ans et ils sont en majorité résignés à se plier aux nouvelles règles de leur nouveau Monarc. Pas question aujourd’hui de leur parler politique ou de l’UPR qui devait faire un BOOM et a fait un FLOP. En tout cas, nous ne pouvons-nous limiter à ce type d’actions ? Alors quoi, Président ?
Tracter, informer alors qu’une grande majorité d’entre nous n’ont pas vraiment de réseaux sociaux (pour être et avoir des préoccupations si différentes de notre entourage)…aujourd’hui, je pense que nous avons cela en commun, nous privilégions la qualité à la quantité de notre entourage ; peut-être beaucoup comme moi ont laissé sur place tant de personnes perdues dans leur petite compréhension de Monde parce que rien n’y faisait, soit vous comprenez le messages et la direction que prennent nos Sociétés corrompues, soit vous ne comprenez pas et alors toute communication devient impossible.
Lorsque j’entends le témoignage direct d’un adhérent qui vous a trouvé un parrainage, que vous avez courtoisement remercié directement au téléphone et qu’après qu’il vous ait informé sur sa « technique » par écrit, et sur votre demande, il n’en reçoive aucun retour, je me dis qu’il y a problème. Lorsqu’au bout de 3 semaines ce même adhérent demande si vous avez bien reçu les infos, il reçoit 3 jours plus tard un courrier ressemblant plus à une lettre de refus d’embauche que d’un remerciement. Y a un problème de communication.
J’ai d’ailleurs justifié auprès de cet adhérent que c’est vos sbires qui avaient répondu.
Malheureusement Président, vos sbires ont peut-être leur raison d’être dans votre entourage, mais ils ne connectent pas du tout avec une majorité de vos adhérents. Je ne mettrais jamais en cause votre charisme, votre courage et votre accessibilité, mais ceux-ci ne peuvent aller vers le bas. Nous sommes de plus en plus et votre attention doit donc être beaucoup plus vigilante.
En un mot, la qualité de la prestation offerte à la base ne peut pas se dégrader à mesure que nous augmentions, sinon, c’est que vous êtes vraiment mal entouré.
Prenons aussi l’exemple de ce qui s’est passé en Martinique et en Guadeloupe ; je ne me positionne pas puisque les sons ne me viennent que d’un côté, mais je suis étonné de même penser qu’il y a eu problème de « communication » alors que vous êtes un maitre en cette matière. Avez-vous été débordé ? mal conseillé ?
Notre groupe est constitué d’individus de grandes qualités, certains avec des aptitudes poussées et professionnelles, à enseigner, à faire bénéficier aux autres adhérents et il me semble incroyable de rémunérer une personne de votre entourage 150 000 euros (si cela est vrai) et de dénigrer des services qui vous sont offerts . De plus une personne motivées par l’argent est totalement contraire à l’éthique UPR…Vous semblez si fier de n’avoir aucune dette…Ce que nous avons besoin président, ce sont des spécialistes qui enseigneront aux hommes de terrains. Il y a les deux à l’UPR ; faites le pont.
Pour terminer, je choisis naturellement un point de divergence qui définit bien le gouffre qui sépare nos idées concernant certains sujets (notre but n’est-il pas de réunir plutôt que de séparer ?). J’ai été très, mais alors très surpris de votre positionnement sur le vaccin. En ce qui me concerne, la Vaccination est un leurre ; la baisse de la mortalité ou de maladie est liée à l’amélioration de l’hygiène, agrémentée de la pensée positive (positive thinking). Je ne critique pas vraiment votre positionnement, quoiqu’il démontre un manque d’informations et de connexions de votre part, mais plutôt le fait que vous donniez votre avis ; là, je pense qu’il s’agit d’un point de discorde que vous ne désirez pas. Un grand nombre de vos adhérents sont des patients ou des pratiquants de médecines alternatives et je ne pense pas que nous soyons en positions idéales pour donner un avis qui puissent permettre à qui que ce soit (à l’intérieur et à l’extérieur du groupe) de nous affubler de sectes ; nous avons déjà ce « sobriquet ».
Cela est peut-être un avis personnel, mais puisqu’il s’agit d’une lettre personnelle, je me devais de donner mon avis sur un point important de votre communication.
Merci pour votre temps…soucieux que cette lettre vous arrive et afin qu’elle ne soit pas « disparue », je l’envoie à plusieurs délégations UPR à travers notre réseau.
Soucieux de contribuer à notre mouvement et de rassembler le plus possible de personnes autour d’une compréhension commune, veuillez recevoir l’expression de mes salutations les meilleures.
Vive la République
Vive l’UPR
Vive la France






Xavier Lefaure (64)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire